Ce site web utilise des cookies pour vous distinguer des autres utilisateurs. Ceci nous aide à vous offrir les meilleurs services et à améliorer notre site web.


Your privacy is important to us. AGCO has therefore recently updated its privacy policy to give you a better understanding of the types of personal data we collect from you and how we use it. We recommend you to take a moment to read the updated policy available on http://www.agcocorp.com/privacy.html

Archives
Des Valtra en outre mer !
Personnes Services

Des Valtra en outre mer !

Entre montagnes et bord de mer, retrouvons nous en Martinique où des Valtra sont importés depuis le continent Français. La marque Valtra est implantée en Martinique depuis plus de 20 ans. La société MANUCOM est depuis 11 ans le concessionnaire Valtra de l’île. La société emploie 40 employés dont 8 personnes spécialisées pour l’agricole et les travaux publics : 1 commercial, 1 chef d’atelier, 5 techniciens itinérants et une personne pour la gestion de l’administratif.

Devant les montagnes, un de leurs Valtra en chantier d’épandage.
Devant les montagnes, un de leurs Valtra en chantier d’épandage.

MANUCOM commercialise chaque année environ 20 tracteurs pour 25% de part de marché. Valtra fait ainsi partie du top 3 des marques sur l’île. La gamme de produit Valtra fait que la destination principale des tracteurs est la culture de la canne à sucre. MANUCOM est ainsi le leader dans les rhumeries de l’île. Le modèle le plus vendu est le T144 HiTech5 car ce tracteur 6 cylindres développe la puissance nécessaire au transport et à l’utilisation des remorques à canne avec déversement latéral. Les tracteurs de l’île sont importés depuis la France, donc de l’usine Finlandaise et non de l’autre usine Valtra en Amérique du Sud pour cause de normes sur les moteurs. Ainsi, les tracteurs et les pièces arrivent en bateau. Avec 2 départs de France par mois et une traversée de 20 jours, la gestion est un peu différente par rapport à un concessionnaire en métropole. Les délais de livraison sont rallongés et les places sur les bateaux doivent être réservées en amont pour ne pas bloquer un tracteur en France. Le stock de pièces se doit d’être important sur toute la gamme car un approvisionnement en avion est impossible. L’atelier doit de son côté planifier les révisions des tracteurs pour gérer les approvisionnements en huiles et filtres afin d’anticiper au maximum les éventuelles interventions à venir. Malgré la distance avec la France, chaque année une partie de l’équipe technique participe à Beauvais aux formations techniques proposées par Valtra.

Pierre Goldsmith et ses chauffeurs devant leur flotte de tracteurs Valtra.
Pierre Goldsmith et ses chauffeurs devant leur flotte de tracteurs Valtra.

Et que fait-on avec la canne à sucre ? Du rhum, le produit phare de l’île

MANUCOM travaille avec les principales distilleries de la Martinique : La Favorite, Depaz, 3 Rivières, Neisson, Saint James, ainsi que Héritiers Crassous de Medeuil-Rhum JM.

Le responsable agricole d’Héritiers Crassous de Medeuil – Rhum JM, Pierre Goldschmidt, nous explique la culture et la transformation de la canne à sucre pour la production de rhum : La canne à sucre est une plante vivace, les parcelles sont donc cultivées pendant 5 à 8 ans. C’est la grande différence avec une culture céréalière comme le blé ou le maïs.

En Martinique, trois méthodes de plantation sont pratiquées :

• La plantation en canne longue (besoin 12t/ha), les cannes sont coupées manuellement à la base puis allongées dans un sillon de 20 cm de profondeur.

• La canne ‘machine’ (besoin 18t/ha), les cannes sont coupées en tronçon de 20–30 cm par la récolteuse puis plantées de la même manière avant d’être recouvertes.

• Depuis peu, une nouvelle méthode a été développée par E. Brugidou, gérant d’une exploitation dans le nord de l’île pour la distillerie Dillon-Depaz et utilisateur lui aussi de Valtra. Cette méthode (besoin 1t/ha) consiste à produire des plants boutures pré-germées (BPG). Ces plants de canne à sucre sont plantés avec une planteuse Checchi & Magli vendu par MANUCOM. Ce type de plantation permet d’utiliser au mieux l’agriculture de précision présente sur les Valtra, ce qui améliore considérablement la qualité des travaux (plantation, binage, sarclage, distribution d’engrais enfoui…).

Durant les trois premiers mois après la plantation ou après la récolte, un apport d’engrais est réalisé, à hauteur de 1 à 1.2 tonnes d’engrais par hectare, un désherbage de prélevée est aussi réalisé.

A 10 mois, la canne est apte pour être utilisée comme une pépinière pour des futures plantations.

A 12 mois, elle atteint la maturité idéale pour la récolte. Sous les latitudes de Martinique elle est essentiellement récoltée de Janvier à Juin pour la production de rhum et de sucre.

Avec un rendement de 80 à 100 t/ha en moyenne, elle est récoltée rang par rang. Avec une tonne de canne, on produira 100l de rhum agricole à 55°. La canne à sucre repousse quelques jours après la récolte, pour démarrer un nouveau cycle de 12 mois.

La distillerie Héritiers Crassous de Medeuil JM, en pleine nature.
La distillerie Héritiers Crassous de Medeuil JM, en pleine nature.

Valtra : Fiabilité et technologies

« Les Valtra sont des tracteurs fiables et techniquement au point. Les besoins en SAV sont faibles. La cabine ergonomique est très appréciée par nos chauffeurs tout comme la souplesse de sa suspension. Chez nous, les tracteurs sont très sollicités. Les tracteurs vont tourner 1200 h/an en moyenne. Nous n’utilisons pas d’option en particulier, sauf la climatisation. Par contre, nous avons besoin de technologies selon les travaux :
Auto-guidage, SmartTouch et U-Pilot. On aime la polyvalence de la machine et sa puissance. » nous explique Pierre Goldschmidt.

L’entreprise possède 4 Valtra.
L’entreprise possède 4 Valtra.

Valtra Connect au cœur de l’exploitation

L’exploitation Héritiers Crassous de Medeuil Rhum JM est aussi une entreprise de travaux agricoles. Les derniers tracteurs Valtra ont été achetés avec le dernier système de télémétrie développé par Valtra : Valtra Connect.

« Cela devrait m’aider à mieux suivre mes prestations et répondre avec précision à mes clients sur les travaux effectués. Le parc d’engins augmentant, il nous faut cet outil pour suivre au quotidien le parc matériel et prévoir au mieux les entretiens, disponibilités et accompagnements à réaliser. On aimerait que tous nos engins soient connectés à ce système pour suivre le nombre d’heures et leur positions (surface travaillée, distance trajet…) » raconte Pierre Goldschmidt.

0
Informations techniques de la série T

Lire également